BIEN SOIGNER LES VIEUX CHEVAUX #2

Mon cheval senior a-t-il besoin de calories ou de protéines ?

Certaines questions se posent fréquemment lorsque nous parlons de ce qui arrive aux chevaux avec l'âge et des raisons pour lesquelles leur corps change d’état :

  • Mon bon vieux cheval a-t-il besoin de plus de calories ou de protéines ?
  • Il a un bon pâturage et maintient son poids, mais son pelage est terne et il a perdu de la masse musculaire.
  • Il a l'air un peu maigre, dois-je ajouter un peu de matière grasse à son régime ?

Ce sont toutes des questions apparemment simples, mais en réalité, nous devons examiner de plus près l’apport et les objectifs en éléments nutritifs.

Les calories provenant de l’huile, des fibres digestibles (glucides structuraux, amidon et sucre (glucides non structuraux) sont les principales sources d'énergie pour les chevaux. Si un cheval est maigre, cela signifie qu'il a besoin de plus de calories pour maintenir son amas graisseux.

Ces calories peuvent être ajoutées à partir de matières grasses comme de l’huile de colza pourvu en oméga 3 et oméga 6 (10cl par jour et attention à la conservation), de fibres digestibles ou d'amidon (en petite quantité et en respectant le maximum autorisé pour éviter une acidose intestinale). L'huile végétale contient 2,25 fois les calories par kilo de glucides et constitue un moyen sans danger d’en ajouter. Les sources de fibres (fourrage de qualité, pulpe de betterave, coque de soja etc.) peuvent également apporter des calories mais il faut compléter avec au moins 1 à 1,5 kg d'aliments pour espérer obtenir ±500g de gain de masse.  

L'ajout de calories à lui seul ne ramènera pas la masse musculaire. Cela nécessite l'ajout de protéines (acides aminés essentiels réellement ajoutés, en particulier la lysine, la méthionine et la thréonine, les trois premiers acides aminés essentiels limitants).

Si un cheval consomme suffisamment de protéines brutes, mais que sa qualité est limitée en acides aminés essentiels, il ne sera pas en mesure de l’optimiser pour maintenir ou restaurer sa masse musculaire. C'est pourquoi il est essentiel de connaître la qualité de la protéine dans les aliments, en particulier ces 3 premiers acides aminés limitants.

Exemple de 2 situations courantes de perte de poids : Votre cheval âgé est dans un pâturage avec de l’herbe mais avec la difficulté d’en consommer suffisamment pour se maintenir en bonne condition physique, il va perdre du poids. Le pâturage peut également être pauvre en protéines brutes et sûrement en acides aminés essentiels, le cheval perd donc de la masse musculaire.

La bonne nouvelle est que cela peut être inversé avec l'utilisation d'un aliment complémentaire comme (Vital’fibres Sénior, DiamondV, Muesli sans céréales, EM Bio etc..) pour chevaux seniors bien conçu fournissant à la fois des calories et des acides aminés essentiels !

Si l’on considère qu’un cheval est âgé à partir de 20 ans, on peut noter que + de 25% de la population de chevaux sont des chevaux âgés et que + de 40% des propriétaires de chevaux possèdent au moins un cheval âgé.

En raison de l'amélioration des soins vétérinaires et de la nutrition, les chevaux vivent en moyenne entre 25 et 30 ans, parfois même jusqu’à 40 ans. Nous devons mieux les considérer et traiter les chevaux comme des individus. Alors, il est nécessaire d’avoir recours à des soins adaptés.

Les signes indiquant que votre cheval senior nécessite un régime senior :

  • Perte de poids
  • Mauvais état de la ligne du dessus
  • La qualité des sabots et le pelage
  • Ne termine pas sa ration peut être un signe d’un problème dentaire
  • Selles molles
  • « Mâchouillage » foin partiellement mâché,
  • Etc..

À mesure que le cheval vieillit, l'absorption et l'utilisation des nutriments diminuent en raison de la dégradation du système digestif avec l'âge. Des recherches ont montré que les chevaux âgés ont une faible absorption des nutriments, notamment du phosphore, des vitamines et des protéines. La production d'enzymes peut également diminuer et lorsque nous examinons le régime alimentaire des personnes âgées, certains points essentiels sont pris en compte. Notamment les aliments sont choisis de façon à être :  

  • Très digestible pour plus d’efficacité à cause d’un système digestif moins performant avec l’âge.
  • Avec une qualité protéique supérieure et améliorée pour compenser l'inefficacité de l'intestin grêle.
  • L'aliment doit contenir plus de fibres végétales et il doit être utilisé comme un régime « complet » pour compenser la perte d'efficacité du gros intestin. Il doit éventuellement remplacer le foin si le cheval a des problèmes dentaires.
  • Il doit être pourvu de probiotiques et de prébiotiques pour favoriser la digestion des fibres et nourrir le microbiote pour une bonne santé de l’intestin.
  • Il doit contenir une teneur plus élevée en matières grasses pour contribuer à l'apport de calories.  
  • Une bonne richesse en vitamines et en minéraux.
  • L’aliment choisi doit pouvoir s’hydrater pour faciliter son absorption dans le cas de chevaux ayant des problèmes de dentitions ou l’absence de dent !

Rangez votre boite de conserve et sortez votre balance !

Si votre cheval peut manger du foin 1,5% à 2% de matière sèche par 100kg de PV, la quantité minimale d'aliments qu'il doit avoir par jour pour l'entretien est:

300kg cheval : 1,5kg de Vital’Fibres Sénior + 50g de DiamondV (prébiotiques) + 5cl d’EM Bio (probiotiques)
500kg cheval : 3kg de Vital’Fibres Sénior + 100g de DiamondV  + 5cl EM Bio

Si votre cheval dépend uniquement de l'alimentation complémentaire et ne peut pas manger de foin, le minimum de nourriture qu'il doit avoir par jour pour l'entretien est:

300kg cheval : 3kg de Vital’Fibres Sénior + 1kg d’Alfacube + 75g de DiamondV + 5cl d’EM Bio
500kg cheval : 4 à 5kg de Vital’Fibres Sénior + 1kg d’Alfacube + 100g de DiamondV + 10cl d’EM Bio

Chez CGP Horse Feed, un aliment complet est un mélange de fourrages formulé avec des fibres de hautes qualités comme (la luzerne, la pulpe de betterave et la coque de soja..), enrichi d’un noyau micronisé de lipides et glucides. Wafer Complet et Vital’fibres sont formulés pour augmenter le pourcentage total de fibres dans l’alimentation, de sorte qu’une réduction de la consommation de foin puisse être effectuée en toute sécurité.

Quelques bonnes raisons de nourrir avec Vital’Fibres Sénior.

  • Vous avez un cheval avec de mauvaises dents ou pas de dents qui ne peuvent plus mâcher et avaler du foin.
  • La difficulté de trouver un bon foin et surtout adapté aux vieux chevaux,
  • Eviter le gaspillage lors de la manutention, le transport, etc.
  • Difficultés à doser. Le foin est difficile à manipuler et les balles rondes / grandes balles carrées nécessitent un tracteur pour la manutention ou d'autres équipements. Le coût de la manutention du foin doit être pris en compte lorsque le coût est un facteur majeur dans l’alimentation.

Le fourrage brins longs est une partie importante du régime alimentaire du cheval et une bonne source de fourrage doit représenter au moins 50% de la consommation quotidienne du cheval, lorsque cela est possible. Cependant, lorsque l'une des conditions ci-dessus existe, il peut être nécessaire de ne donner qu'un aliment complet ou de réduire la quantité de foin à nourrir. Un cheval qui ne peut plus mâcher du foin devra satisfaire tous ses besoins quotidiens avec un aliment complet facile à manger, comme un aliment complet sénior pouvant également être hydraté.

Que vous choisissiez de nourrir avec un aliment complet ou non, il est important de donner la quantité recommandée et de procéder aux ajustements nécessaires en fonction du degré de sécurité physique de votre cheval. Il est également important de fournir du sel et de l’eau tempérée et propre en tout temps. Les aliments complets doivent être divisés en minimum deux ou plusieurs repas. Les chevaux doivent passer lentement d’un aliment à l’autre, surtout lors de l’élimination du foin de leur régime alimentaire. Lors de cette opération, il est recommandé de réduire le foin sur une période de deux semaines et d’augmenter l’apport de probiotiques et prébiotiques dans la ration pour compenser la perte de micro-organismes du système digestif.